Mauregny,Un village, une histoire

Maria Cozzi infirmière

A Coucy-lès-Eppes, est décédée le 11 novembre 1918 Maria Cozzi, infirmière volontaire de la Croix Rouge Internationale à l'âge de 29 ans

 Arch. Privée : Pierre Lebée

Demande de Médaille 

Source: http://www.europeana.eu/

Lettre du commandant du district militaire de Pavie, adressée au Comité central de la Croix-Rouge sur l'instance de Mme Irene Albertario afin d'obtenir la médaille de bravoure pour sa fille Maria Cozzi, infirmière de la Croix-Rouge volontaire décédé en service en 1918 nell'Ospedaletto n ° 15 du 2e Corps d'armée sur le front français.

 

 

Maria Cozzi infirmière  
Écrit par Paola Montonati.
 Cette année marque le centenaire de la Première Guerre mondiale, un conflit cruel et sanglant qui a profondément marqué l''Italie. Nous rappelons la figure d'un bruant courageux, infirmière à l'avant.
Pendant la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918, Pavie a dû payer un autre péage, avec environ neuf mille morts sur les différents fronts de la guerre.
Parmi eux se trouvait une femme, dont le nom est gravé avec les autres est tombé sur la pierre tombale située à New Road, tandis que l'autre plaque commémore le au numéro 3 de la via Boèce, où il a vécu jusqu'à ce jour dont il a été enrôlé comme infirmière de la Croix-Rouge à l'italienne militaire.
Le nom de la femme était Maria Cozzi et est né à la septième Bornasco en 1889, dans une famille qui a eu une grande ferme. 
Avec une forte et déterminée, Maria a été envoyé par ses parents, connus anticléricale, à un pensionnat français, où il est d'abord intéressé à la médecine et en particulier all'infermieristica.
Ce fut ainsi que, en 1915, lorsque l'Italie est entrée en guerre, Maria, qui avait un diplôme en médecine à l''Université de Pavie, a pris la décision de devenir une infirmière afin d'alléger les souffrances de nombreux blessés qui étaient à l'avant.
 Tout le temps qu'il a travaillé dans différents hôpitaux de campagne situés dans les tranchées de la Carso, le Cozzi a écrit dans son journal tout ce qu'il a vu et entendu de ses patients, dont un grand nombre est décédé ou est resté paralysé à cause des graves blessures subies lors d'affrontements ou pour le déclenchement de mines qui ont été jetés par les Autrichiens.
Lorsque en Avril 1918, France a demandé à l'Italie de se conformer aux engagements de l'envoi de troupes sur le transalpin avant, Maria a suivi le second corps d'armée pour la dernière phase du conflit, qui a abouti à une série de massacres dans la lourds bombardements de feu d'obusiers allemands, carex de gaz mortel.
 
Le 11 Novembre 1918, lorsque fut signé l'armistice qui a mis fin au conflit, Maria Cozzi est mort dans un hôpital français sans nom, officiellement victime de l'Espagnol, la pandémie qui semait victimes en Europe, même si elle a toujours été sa famille soupçonné d'avoir été les conséquences de gaz mortel ont respiré sur le front.
 
Après une longue bataille juridique, en 1922, ses restes ont été ramenés à Pavie, où il a été enterré avec les honneurs jalons dans le cimetière monumental, la présence d'une foule immense. 
 
Article traduit avec Google
 
Source:http://www.paviafree.it/storia/maria-cozzi-infermiera-pavese-al-fronte.html

 


Mauregny en Haye 423 hab. par JM Moltchanoff       

Les cahiers d'histoire de Mauregny ont été rédigés par Guy Pluchart et Jacques Tavola
Les auteurs ont parcouru les services d'archives et publient "Les cahiers d'histoire de Mauregny". 
> Une histoire très détaillée du village de la préhistoire au 19° siècle. 
> Histoire du chanvre à Mauregny 
> Doléances de 1789 
> Cartes postales anciennes 
> Histoire de Fussigny, village disparu 
Un excellent travail ! Un des meilleurs sites de l'annuaire selon l'
Annuaire des sites d'histoire des villages

par Gilbert Delbrayelle

début | Powered by CMSimple_XH | Template by w.scharff | Accompanying Template Tutorial | Connexion