Mauregny,Un village, une histoire

Le mariage

de Thomas Exupert François De MIREMONT
et
de Anne Marie Madeleine d'AUBOURG
et la vie à Mauregny durant la période de 1756 à 1763


Madame De MIREMONT a raconté sa jeunesse et les circonstances de son mariage dans un roman autobiographique « Les mémoires de la Marquise de Crémy ». C’est un roman à clef, dont les personnages recouvrent des personnages réels. Cette clef est la bibliothèque de Reims Carnégie.

Monsieur De BUTTET résume ainsi les circonstances de ce mariage :
« C’est chez Madame De REMONT, si l’on en croit le roman, que Mademoiselle d’AUBOURG, ayant eu, dans sa naïveté l’imprudence de répondre aux billets d’un jeune officier, aurait failli être victime d’un enlèvement. Non loin du château d’Oeuilly, sur l’autre rive de l’Aisne, au château de Villers en Prayères, habitait, pendant ses congés, le marquis de NOUE de la La GRANCHE avec ses trois frères. Des relations de voisinage établies depuis longtemps, et un sentiment prit naissance entre les deux jeunes gens. Le marquis de la GRANCHE était alors garde du corps du Roi dans la compagnie écossaise. Il nous est ainsi décrit sous le nom de Marquis d’Olmane : « ……… jolie figure, beaucoup d’éducation, grand usage du monde, le ton de la bonne compagnie, un peu de lecture, extrême douceur de caractère, …….. » ; mais « son manque de fortune paraissait un obstacle insurmontable, et balançait, écrira-t-elle, un goût que je commençais à craindre plus qu’à sentir ! » . Elle avait en effet conscience que sa condition lui interdisait certain point de désintéressement parce qu’elle entraînait la nécessité pour chacun de soutenir son rang avec dignité »……… « Le premier devoir d’une fille bien élevée, lui écrivait Madame d’Hariague est de fuir l’amour, le second est de le combattre, et le troisième de le vaincre ». Après de longues hésitations, chacun prit une orientation différente, le marquis de La GRANCHE alla contracter alliance à Paris, et Mademoiselle d’AUBOURG épousa le comte De MIREMONT. Elle avait mûrement réfléchi avant de décider, et la correspondance échangée avec Madame d’HARIAGUE nous révèle ses sentiments et son esprit d’indépendance : ……… » mon but ne tendra pas à maîtriser mon mari, écrivait-elle, je ne suis faite ni pour commander, ni pour obéir……… La personne qu’il nous importe le plus d’estimer et même d’aimer, est celle avec laquelle nous devons toujours vivre ».

Le 13 Juillet 1756, Thomas Exupert François De MIREMONT et Anne Marie Madeleine d'AUBOURG , se marièrent à l’église d’Oeuilly. Thomas Exupert François avait 31 ans et son épouse 21 ans. La dernière page du roman donne une idée exacte des sentiments contradictoires de madame De MIREMONT :
………Depuis lon-temps il est reçu qu’une femme qui met son bonheur dans l’amour de ses devoirs n’a rien à dire d’elle. C’est donc à l’époque de mon mariage que je terminerai mes mémoires, dont la suite ne présentroit qu’un tableau froid et sans intérêt. Les caprices du sort balancèrent les faveurs de la fortune, l’injustice vint m’accabler. Victime dévouée aux plus noirs effets de ma calomnie de Madame De PLENNERON, j’en éprouvai toutes horreurs possibles. Mais je n’entrerai pas dans ces détails affligeants, que je dois taire par respect pour mon sexe, par égard pour moi-même, et par reconnaissance pour mon mari dont les procédés soutenus comblent aujourd’hui tous mes vœux. J’aurais pu être malheureuse avec toute homme susceptible de mauvaises impressions, avec lui je n’ai été qu’à plaindre, encore la manière dont il partageait mes peines les allégeoit-elle de moitié. Cent fois le jour je bénis l’instant qui a uni son sort au mien. Je regrette les vaines terreurs qui me faisaient redouter, et je dois les désavouer assez authentiquement pour rassurer les jeunes personnes qu’un mariage formé comme le mien par la raison et sans goût, pourroit effrayer, avec des idées romanesques on veut de l’amour lorsqu’il ne faut que de l’estime pour faire naître un attachement réel ; qu’on en croit mon expérience ; puisse-t-elle servir d’instruction.

Il s’agit bien d’un mariage de raison ».

Le contrat de mariage du même jour établit devant DUCHESNE, notaire à Beaurieux (dont la minute a disparu) est résumé ainsi dans le registre du contrôle des actes de notaire : (ref ADA)
14 Juillet 1756 :
« Contrôlé un contrat de mariage entre messire Thomas Exupert François De MIREMONT, chevalier Seigneur de Berrieux et Damoiselle Anne Marie Madeleine d'AUBOURG , fille du Sieur François Augustin d’AUBOURG, Seigneur d’Eully (Oeuilly) laquelle damoiselle a en mariage de Dame Charlotte de FOUGERES, sa mère la somme de 60.000 Livres et ledit Seigneur de Berrieux aura les droits et actions provenant de la succession de Monsieur son père, vivant, Seigneur dudit Berrieux. »

A la mort de sa mère en 1757 Thomas Exupert François De MIREMONT devient Seigneur de Mauregny en Haye et de Goudelancourt les Pierreponts.
Il est déjà co-seigneur et baron de Montaigu, dans le château duquel vit sa tante Goujon de Miremont qui en est douairière et avec qui il partage les revenus.

Il semble qu’il y est des contradictions entre Madame d’AUBOURG et la famillle De MIREMONT. Ce serait en 1759 que les époux s’installèrent au château de Mauregny qui était bien inconfortable et en mauvais état.

En 1763, Monsieur et Madame De MIREMONT achètent le château de Coucy les Eppes à Guillaume de FOUCAULT pour 92.000 Livres dont 28.400 au comptant. Pour cela Thomas Exupert François De MIREMONT doit vendre ses biens à Merval et Goudelancourt les Pierreponts, et il est bien précisé que ce ne sera pas à la charge de la communauté, mais Madame de MIREMONT se porte garante de l’exécution de l’accord.
Nous n’avons que peu de renseignements sur leur vie à cette époque. Seul élément important est la découverte de la cendrière de Mauregny en 1758 et sa mise en exploitation en 1759. Il s’agit d’une mine de lignite sise au Mont Héraut, lignite qui, une fois réduite en cendres (d’où le nom de cendres noires) était employée comme engrais dans les champs. Nous avon de nombreux renseignements sur les débuts de cette mine, notamment par Monsieur DALBOIS (ou DABBOIS) ancien capitaine au régiment de Royal Infanterie, qui vivait au château de Mauregny et fut témoins de leur mariage.

INVENTAIRE DE LEUR SITUATION EN 1763 :

Thomas Exupert François De MIREMONT dit le Comte De MIREMONT
Chevalier
Baron , Châtelain de Montaigu
Seigneur de Mauregny
Seigneur de Coucy les Eppes

Anne Marie Madeleine d'AUBOURG De MIREMONT dite la Comtesse De MIREMONT
Damme de Coucy les Eppes

 

 


Mauregny en Haye 423 hab. par JM Moltchanoff       

Les cahiers d'histoire de Mauregny ont été rédigés par Guy Pluchart et Jacques Tavola
Les auteurs ont parcouru les services d'archives et publient "Les cahiers d'histoire de Mauregny". 
> Une histoire très détaillée du village de la préhistoire au 19° siècle. 
> Histoire du chanvre à Mauregny 
> Doléances de 1789 
> Cartes postales anciennes 
> Histoire de Fussigny, village disparu 
Un excellent travail ! Un des meilleurs sites de l'annuaire selon l'
Annuaire des sites d'histoire des villages

par Gilbert Delbrayelle

début | Powered by CMSimple_XH | Template by w.scharff | Accompanying Template Tutorial | Connexion